Les villes et quartiers à éviter en matière d’investissement

Comme tout investissement, comme pour les commerçants qui cherchent un meilleur local se trouvant « pignon sur rue », les investisseurs en immobilier aussi ont leurs « bêtes noires » comme quartiers et villes à esquiver. Pour les futurs investisseurs, il faut connaître les « aléas » de ce type de placements et connaître les villes et quartiers qui sous-évaluent l’investissement.

Quand on parle d’investissement immobilier, la loi Pinel est devenue incontournable pour les avantages qu’elle offre aux investisseurs, à savoir :

  • L’investissement dans le neuf pour réduire les impôts grâce à la défiscalisation.
  • Le taux d’emprunt exceptionnellement bas.
  • La possibilité de devenir un « rentier régulier » avec cette formule d’investissement.

Seulement, il y a toujours un revers de la médaille, car il existe des quartiers et villes dans lesquels l’investissement ne connait pas toujours un franc succès.
C’est ainsi que la loi Pinel classe des zones par le biais de certains barèmes. Il existe alors des quartiers et villes définis en zone Pinel A et A Bis qui connaissent un loyer au m² plutôt élevé par rapport aux zones B1, B2 et C qui n’ont pas trop la cote au niveau loyer.
En catégorisant les villes et quartiers ainsi, les investisseurs en immobilier doivent connaître les « zones à risques » pour leurs placements.

Pour être fixé sur son investissement immobilier et mettre les chances de son côté pour faire de ses placements un succès, il faut prendre en compte les paramètres qui définissent les quartiers et villes à risque. Ainsi, quelques critères font d’une ville un investissement plutôt compliqué, voire dangereux :

Toutefois, il faut dire que l’un de ces critères n’arrive pas à déterminer le risque ou non d’un investissement dans une ville. Prenons en exemple le cas de :

Investissement immobilier, les agglomérations à éviter

D’après les analyses effectuées par le Laboratoire de l’Immobilier, 64 localités sont qualifiées « à risque » dont 17 en zone B1 et 47 en zone B2. Parmi ces localités, 39 sont répertoriées dans la catégorie des zones « à éviter » pour un investissement sous la tutelle de la loi Pinel.
Parmi ces villes « à éviter », on peut citer :

  • Bourg-en-Bresse
  • Vichy
  • Troyes
  • Angoulême
  • Dinan
  • Saint-Brieuc
  • Périgueux
  • Valence
  • Bézier
  • Montbéliard
  • Chartres
  • Pau
  • Vienne
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Cherbourg-Octeville
  • Longwy
  • Cambrai
  • Douai
  • Boulogne-sur-Mer
  • Maubeuge
  • Chamalières
  • Mulhouse
  • Le Mans
  • Dieppe
  • Le Havre
  • Avignon
  • Fécamp
  • Sens

Il faut aussi savoir que certaines localités sont recensées pour être classées dans les « zones à surveiller » et qui peuvent représenter des risques pour un investissement immobilier, à savoir :

  • Poitiers
  • Carpentras
  • Cluses
  • Colmar
  • Arras
  • Sisteron
  • Gap
  • Quimper
  • Alès
  • Angers
  • Laval
  • Perpignan
  • Metz

Investissement immobilier, les bonnes suggestions pour « optimiser » le dispositif Pinel

La loi Pinel a permis à de nombreux ménages d’améliorer leurs conditions de vie, mais il faut que les investisseurs aient le bon « flair » pour ne pas « tomber » sur une ville ou un quartier à risque.
Ainsi, le courtier VousFinancier et le Laboratoire de l’Immobilier ont proposé quelques solutions afin d’améliorer les avantages que l’on peut tirer de la loi Pinel afin d’éviter les mauvaises surprises et les « investissements à flop », en l’occurrence :